Sur Terre, ailleurs - Philippe Cauneau
18163
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-18163,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,qode-theme-ver-10.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Sur Terre, ailleurs

Tirages pigmentaires sur papier Hahnemühle. Contre-collage sur plaque d’aluminium.

Formats proposés : 150cm x 100cm – 120cm x 80xm – 30cm x 20cm

« Sur Terre, ailleurs » est une exploration de notre planète, mais pas seulement. En me réappropriant des images satellites, je souhaite mettre en lumière l’empreinte laissée par l’homme sur son environnement. J’explore la dimension esthétique des espaces parcourus et propose plusieurs lectures du monde, entre abstraction et réalisme.

Cette  série est née en 2016 lorsque j’ai découvert Google Earth. J’ai commencé alors à scruter les terres d’Amérique du nord, placé à plusieurs milliers de kilomètres au dessus du sol ou en me rapprochant pour observer le monde en détail. Très vite, j’ai pris conscience que j’agissais comme lorsque j’observe dans le viseur de mon appareil photo, me positionnant par rapport au sujet, procédant au cadrage et à la composition des images.

En parcourant plusieurs milliers de kilomètres, j’ai découvert une richesse narrative insoupçonnée se cachant derrière la monotonie et la froideur des images satellites. Vu du ciel, un paysage imaginaire composé de formes abstraites donnait libre court à mon interprétation. De près et en écho à celui-ci, émargeaient les contours d’une autre réalité, parfois politique, économique ou historique. In fine, le rapprochement métaphorique de ces deux mondes venait nourrir avec poésie, parfois ironie, le regard porté sur l’homme et la terre.

Plusieurs outils accompagnent le travail de composition des photographies. Chaque image est produite par l’assemblage précis d’une centaine de captures d’écran, pour obtenir une résolution d’image qui permette d’en percevoir les plus petits détails. L’utilisation du négatif photos permet de révéler de nouveaux univers et effets de matières éclairant ici ou là mon propos. Les paysages aux surfaces estompés prenant la forme d’étonnants tableaux abstraits nous donnent à voir le monde autrement.